Prenons soin
des espaces naturels

En hiver, à raquettes ou ski de rando pour une balade de quelques heures à la randonnée de toute une journée – ou plus pour les plus passionnés – une sortie en montagne nécessite toujours d’être bien préparée et organisée. Dans les massifs du Pays basque ou du Béarn, comme partout ailleurs, les randonneurs se doivent de respecter quelques règles simples de sécurité et veiller au respect de l’environnement !

Ne rien emmener,
ne rien laisser

C’est la règle de base pour tout randonneur respectueux de l’environnement, soucieux que tout le monde puisse encore longtemps en profiter. On prévoit donc un sac pour conserver avec soi tous ses déchets (même les restes de nourriture).

Les végétaux, en sous-bois ou en fin de saison hivernale quand la nature reprend des forces, on les observe, on les dessine, on les prend en photo mais, surtout, on ne les cueille pas. Leur place est là, tout comme le bois mort qu’on ne ramasse pas.

Pour les édifices culturels ou naturels, c’est la même chose. Que l’on soit au pied d’une Chapelle ou devant une cabane pastorale, on regarde et on admire sans toucher.
Enfin, pour être certain de ne rien abimer, on reste sur les sentiers et les chemins déjà tracés.

Rester à bonne
distance des animaux

Souvenez-vous que les animaux sont chez eux dans la montagne et qu’à leurs yeux c’est vous qui êtes des intrus.
Pour préserver leur tranquillité et leur sécurité, on garde ses distances en utilisant si besoin des jumelles pour mieux les observer et on respecte la quiétude des lieux.

  L’hiver les rend vulnérables et le moindre dérangement peut avoir des conséquences dramatiques alors on ne suit surtout pas les traces laissées par les animaux dans la neige, on garde ses distances avec les animaux rencontrés et on les observe de loin. On ne les nourrit pas non plus !
On respecte vraiment toutes les zones refuges, les zones de quiétudes qui sont balisées et signalées et on reste sur les itinéraires identifiés et balisés. Si par hasard, vous croisez un animal, patientez jusqu’à ce qu’il ait quitté la zone tranquillement et continuez sans brusquerie et en silence.

Pour rappel, les animaux de compagnie sont interdits dans le Parc National des Pyrénées et plus généralement pour être responsable, on laisse son animal de compagnie à la maison.

Pour résumer, il ne faut surtout pas que votre présence entraine de déplacements supplémentaires pour la faune sauvage.

On ne le dira jamais assez : une randonnée en montagne n’a rien d’une simple promenade. Encore plus en hiver que cela soit à raquettes ou ski de rando.
Consultez le bulletin météo + risques d’avalanches et ayez avec vous DVA, sonde et pelle (Mettez votre téléphone en mode avion pour la bonne fonctionnalité du DVA). Sachez renoncer si trop de risques !
Vérifiez également votre matériel raquettes, skis de randos, frontale et trousse de premiers secours…

Côté sac, emportez tout ce qui vous sera indispensable sans trop vous surcharger. Par précaution, emmenez quand même plus d’eau (boisson chaude, thermos, vivres de courses) et de ravitaillement que de besoin. Ce seront des ressources bienvenues en cas d’incidents ou de retards imprévus sur le chemin du retour. Glissez aussi dans votre sac à dos une trousse de premiers soins dont vous aurez vérifié, avant le départ, que le contenu est complet.

Enfin, pensez à prendre votre téléphone portable pour les appels d’urgence (112) et uniquement pour ces derniers. Pour éviter de vous retrouver sans batterie, gardez-le éteint pendant la randonnée et ne le rallumez qu’en cas de nécessité.

Anticiper de possibles difficultés

Que vous partiez seul(e) ou en groupe pour votre randonnée, le premier réflexe à avoir est d’informer des proches de votre départ, ainsi que du parcours et de la durée prévus.

Auparavant, vous aurez consulté la météo prévue pour le jour J, en vous rappelant qu’en montagne les conditions climatiques peuvent très vite se dégrader, sachez vous adapter ou renoncer si les conditions météo se dégradent ou si un membre de votre groupe est fatigué, les conditions peuvent évoluer très rapidement.

Autre objet d’anticipation : votre itinéraire. On ne part pas à l’improviste sur des itinéraires et des courses en plein hiver. On ne suit pas non plus n’importe quelle trace ! Mesurez bien les distances aller et retour à parcourir. Renseignez-vous auprès des habitants locaux ou de professionnels sur les difficultés que vous risquez de rencontrer. En effet, le risque est souvent de surestimer ses capacités ou celles des proches qui nous accompagnent et c’est bien là que réside le danger.

En cas de doute, ou si vous éprouvez des difficultés à effectuer tous ces préparatifs, préférez faire appel à un professionnel ou à un club de randonnée pour vous garantir une randonnée en toute sérénité.

Enfin, un numéro à noter ou à mémoriser : le 112. A composer en cas d’urgence pour mobiliser les secours adaptés à toute situation de détresse ou de difficulté.

Partir accompagné

N’hésitez pas à contacter un guide ou un accompagnateur pour organiser vos sorties à la montagne l’hiver.