Prenons un bon départ

A quoi reconnaît-on, avant même de les croiser sur les sentiers des Pyrénées, les randonneurs vraiment respectueux de la nature et de leur environnement ? A leur manière de prendre leur départ, évidemment ! Loin d’être anecdotique, l’attention que l’on porte à rejoindre tranquillement le point de départ d’une randonnée en dit long sur notre rapport à la nature. Et sur notre capacité à nous immerger en douceur dans un cadre parfois (presque) sauvage dont le calme demande à être préservé.

Infoparking64 !



L’AaDT Béarn Pays basque en collaboration avec la start up HUPI de Bidart teste un dispositif permettant de connaître en temps réel le taux d’occupation des parkings les plus fréquentés en montagne basque et béarnaise.

L’objectif est d’éviter que le public s’engouffre dans une nasse saturée de voitures et de lui proposer des alternatives possibles à proximité.
Trois de ces sites concernent les voituresBious-Artigues et le plateau du Benou en vallée d’Ossau, Annapia à Lescun en vallée d’Aspe.
Le quatrième concerne plus spécifiquement les camping-cars, il s’agit de l’aire de camping-cars d’Iraty-Cize.

Les vacances doivent être synonymes de moments de plaisirs et pas d’énervements parce qu’on a fait une heure de route pour accéder à sa randonnée préférée et qu’il est impossible de s’y garer ou que l’on rêve de passer une nuit à Iraty et que là-haut, toutes les places sont prises !

Ce dispositif a valeur de test pour la saison 2021. Si l’analyse que l’on en fait à posteriori est positive, il pourra certainement être développé beaucoup plus largement pour la saison 2022 et intéresser également d’autres départements du massif et nos partenaires transfrontaliers.

Arriver
en douceur

Entre Béarn, Pays basque et Parc National des Pyrénées, on compte aujourd’hui plus de 1 000 itinéraires répertoriés pour la randonnée, sans compter les innombrables sentiers locaux que l’on découvre avec plaisir au gré des pérégrinations.

En fonction de la fréquentation ou de la notoriété des sites, les abords sont plus ou moins aménagés pour accueillir au mieux les visiteurs.

  Quelle que soit la configuration, il y a quelques règles simples à respecter si l’on arrive en véhicule motorisé (voiture, moto, camionnette aménagée…). Premier réflexe : rouler au ralenti lorsqu’on arrive aux abords du site car la route d’accès est probablement fréquentée par nombre de piétons ou de cyclistes qui circulent en toute liberté.

Stationner
sans gêner

Pour le stationnement, on privilégiera toujours les espaces qui lui sont réservés.

S’il faut, malgré tout, se ranger sur le bas-côté de la route, on veillera à laisser les entrées des prairies dégagées et à ne pas gêner la circulation des véhicules agricoles.

Notons quand même que si le nombre de véhicules déjà stationnés laisse deviner une saturation du site, mieux vaut reporter la randonnée et revenir un autre jour.

Laisser la voiture
au village

Quelques sites sont parfois accessibles via des navettes (Bious-Artigues, Holzarte, etc.) au départ du village le plus proche du sentier de randonnée.

Pensez à vous renseigner auprès des offices du tourisme sur leurs horaires et leur fréquence.

Et, quand elles existent, n’hésitez pas à laisser votre voiture bien garée au village, en toute sérénité.

Privilégier les mobilités douces.

Pour vous rendre sur place depuis votre lieu de résidence, n’hésitez pas à privilégier les mobilités douces, le covoiturage ou les transports en commun (TER, bus interurbains) réduisant ainsi l’impact carboné des transports en montagne.